L'éducation

Retour à l'accueil  -  Textes et articles  -  Le don  -  Sentences, aphorismes et brèves remarques  -  Lectures  -  Cours et conférences  -  Visages de la pensée  -  Liens et contacts

Retour à la liste des textes
 

L'éducation

   Tout être vivant est assujetti au devenir : il naît, grandit et n’atteint que progressivement l’état « adulte », c’est-à-dire un état dans lequel il est enfin ce qu’il est destiné à être. Mais la notion d’ « état adulte » a-t-elle le même sens, lorsqu’il s’agit d’un être vivant quelconque et lorsqu’il s’agit de l’homme ? Si ce n’est pas le cas, on doit s’attendre logiquement à ce que le cheminement conduisant à cet état soit, lui aussi, différent pour chacun de ces êtres : or, c’est précisément d’un tel cheminement qu’il est question avec la notion d’éducation.
Chez l’être vivant naturel, tant au niveau de l’espèce que de chaque individu, le développement a pour but de former un être capable de s’insérer en un certain ordre des choses, et de subsister en harmonie avec cet ordre. Cet ordre des choses n’est décidé par rien ni personne : il résulte d’une nécessité (les « lois de la nature ») générale et anonyme, s’imposant invinciblement à tout ce qui est. Le vivant naturel est d’autant plus accompli et plus parfait qu’il correspond mieux aux conditions ainsi déterminées : l’état à atteindre est, ici, celui d’une rigoureuse adaptation de l’individu à ces conditions.
Or devenir humain est tout autre chose. Il ne s’agit nullement de « coller » aussi étroitement que possible à la réalité telle qu’elle est, mais il s’agit tout au contraire de prendre par rapport à elle un recul ou une distance permettant de s’interroger sur elle, et de la transformer en fonction d’exigences bien différentes de celles des « lois de la nature » (exigences esthétiques, morales, en particulier). Pour l’homme, être adulte ne consiste pas à être un individu bien adapté, un rouage enfin capable de jouer son rôle dans une grande machine qui l’engloberait de toutes parts — que cette machine soit celle de la nature ou celle de la société. Il ne s’agit pas d’abord, pour lui, de devenir apte à exercer utilement et efficacement telle ou telle tâche (métier, rôle...) mais de devenir capable de se déterminer d’après d’autres critères que ceux de l’utilité et de l’efficacité, de savoir se regarder et se traiter soi-même (ainsi qu’autrui) comme un être irréductible à un simple rouage inclus dans un système. Incomparable au dressage ou même à l’apprentissage, l’éducation tend alors, de toutes ses forces, non pas à façonner l’homme en vue d’une certaine fonction, mais tout au contraire à l’empêcher de se réduire jamais à une fonction quelconque.
Au fond, l’éducation s’adresse à ce coeur même de l’être, impossible à fabriquer, à mesurer et à définir, qui ne sert littéralement à rien mais que tout le reste doit servir. Si elle est gratuite, c’est d’abord et avant tout parce qu’elle a affaire à ce qui, en l’homme, n’a pas de prix. C’est aussi parce que son propos n’est pas d’apporter « quelque chose » (telles informations, telles aptitudes, que l’on pourrait quantifier), mais d’inspirer et de favoriser une manière d’être fondamentale, qui est celle de l’esprit, et qui est faite essentiellement de disponibilité, d’interrogation et d’inquiétude.
Comme cette manière d’être est celle de l’esprit, et que tout être humain est un être d’esprit, elle ne se présente pas comme une manière d’être parmi d’autres, que l’on pourrait adopter ou non : elle est exigée par l’idée même d’humanité. Tout homme, parce qu’il est un homme, et pour être un homme, est appelé à la faire sienne. De sorte que, finalement, on peut proposer de résumer l’essentiel à travers ces deux grandes idées :
- Eduquer est un devoir absolument impérieux, car il y va de la possibilité même de l’existence d’une humanité.
- Conjointement, l’éducation n’a pas pour but de former un homme comme ceci ou comme cela, mais un homme tout court.

Gildas Richard

Retour à la liste des textes
 

Retour à l'accueil  -  Textes et articles  -  Le don  -  Sentences, aphorismes et brèves remarques  -  Lectures  -  Cours et conférences  -  Visages de la pensée  -  Liens et contacts