L'esprit du dialogue

Retour à l'accueil  -  Textes et articles  -  Le don  -  Sentences, aphorismes et brèves remarques  -  Lectures  -  Cours et conférences  -  Visages de la pensée  -  Liens et contacts

Retour à la liste des textes
 

L'esprit du dialogue

   La pratique du dialogue suppose l'admission de certaines règles ou de certains principes, sans quoi elle serait impossible. Règles d'organisation et de courtoisie, tout d'abord : il s'agit de laisser parler l'autre, de ne pas lui couper la parole, de ne pas juger ce qu'il dit en fonction de ce qu'il est ou de ce qu'il paraît être, que ce soit en un sens négatif ou positif. Faute de quoi l'échange tournerait vite à la cacophonie ou à la querelle de personnes. Mais ces règles ne sont sans doute pas seulement des garde-fous permettant d'éviter le désordre ; au-delà du fait qu'elles facilitent concrètement les échanges, elles pourraient bien renvoyer à des exigences plus profondes.
   Ainsi, s'interdire de donner ou de refuser la parole à quelqu'un en raison de ce qu'il est (sa personnalité, son statut social, voire son apparence physique), ce n'est pas seulement une banale règle de savoir-vivre, mais un principe qui contient une certaine conception de la personne, et même une certaine conception de la pensée : car c'est considérer que les propos de quelqu'un peuvent avoir une consistance et un intérêt propres, par eux-mêmes, indépendamment de l'individu qui les énonce. C'est admettre, par conséquent, que chacun est capable, s'il s'y efforce, de rendre sa pensée indépendante de sa personne, et ainsi d'offrir aux autres un discours qui soit autre chose que le simple reflet de ses intérêts, de ses besoins particuliers ou de ses goûts personnels.
   De même, ne pas couper la parole à quelqu'un, ni parler après lui sans tenir aucun compte de ce qu'il vient de dire, ce n'est pas seulement faire acte de politesse au sens banal de ce terme : c'est reconnaître une exigence de continuité dans le discours, admettre la nécessité de prendre et d'accorder le temps nécessaire pour construire des raisonnements ; c'est accepter que la pensée ne puisse s'énoncer sous forme d'affirmations brèves et isolées, que sa valeur dépend directement de la solidité et de la clarté des liens qu'elle tente d'instaurer entre les idées.
     Au travers de ces exigences, qui sont à la fois intellectuelles et morales, le dialogue s'efforce donc d'être bien plus qu'un simple échange de points de vue se déroulant de façon policée. Dialoguer signifie plus profondément : s'aider mutuellement à penser de façon plus claire, plus rigoureuse, plus cohérente ; et cela, par une mise à l'épreuve sans cesse renouvelée des présupposés et des implications de chaque affirmation ou de chaque hypothèse. Or cela n'est possible que si tous, par-delà leurs différences et leurs particularités, se rencontrent sur le terrain commun de la raison, et s'engagent à ne se soumettre qu'à l'autorité de celle-ci ; tel est bien le sens étymologique du terme "dialogue" : il s'agit de cheminer "au travers" ou "au moyen " (dia) du "discours raisonné" (logos).

   Cheminer vers quoi ? En répondant "vers la vérité", comme le fait toute une tradition philosophique, on soulèverait bien des problèmes méritant un long débat à eux seuls... Mais si un doute plane sur ce que le dialogue nous permet d'approcher, peut-être est-il plus modeste et plus simple de se demander d'abord de quoi il nous permet de nous éloigner, s'il est pratiqué dans l'esprit qu'on vient de proposer : peut-être d'un double enfermement, dans les apparences des choses et dans nos intérêts personnels ?

G.R.

Retour à la liste des textes
 

Retour à l'accueil  -  Textes et articles  -  Le don  -  Sentences, aphorismes et brèves remarques  -  Lectures  -  Cours et conférences  -  Visages de la pensée  -  Liens et contacts