Retour à l'accueil  -  Textes et articles  -  Le don  -  Sentences, aphorismes et brèves remarques  -  Lectures  -  Cours et conférences  -  Visages de la pensée  -  Liens et contacts

Retour à la liste des textes
 

La conversation

   Tantôt spontanée, tantôt légèrement étudiée ; tantôt délicieuse, tantôt « plate comme un trottoir » (mais plutôt - il est vrai – en parlant du propre d’une personne). Essentielle, naguère, à un certain savoir-vivre et considérée comme très française au XVIIIème siècle ; rendant aimables, de fait, les personnes qui la pratiquent ; cultivée par des commerçants qui cherchent à enrober une transaction un peu indigeste pour le chaland. Telle est cette activité, la moins fatigante de toutes les activités humaines en théorie, encore qu’elle puisse devenir épuisante dans certains cas d’espèce, qui sont alors des pathologies (par exemple, si j’ai affaire à un excité logorrhéique qui m’accapare pendant des heures). Moins ambitieuse que la discussion proprement dite, ou que la « disputatio » héritée du Moyen-âge ; mais aussi paradoxalement vitale, alors qu’elle paraît facultative, existant par surcroît. Voilà comment, dans un premier temps du moins, l’on pourrait caractériser la conversation.
   S’agit-il de meubler le silence, ou de le déchirer ? Dans le bavardage, qui n’est pas conversation, on est préoccupé de déverser ce que l’on a en tête. Bourdonnement, monologue. Et dans la conversation ? S’agit-il de divertir, en séduisant, (littéralement, donc : en « détournant ») par un doux babil et un beau verbiage ? Si Dom Juan, le personnage de Molière, séducteur endetté jusqu’au cou, parvient à museler son créancier (Monsieur Dimanche) en l’interrompant à tout va par un feu roulant de questions faussement bienveillantes (acte IV, scène 3), Alfred Jarry, lui, se propose un stratagème pour entrer de plain-pied dans ce qui n’est pas donné naturellement, à savoir un échange galant avec une jolie femme rencontrée fortuitement dans un café : Jarry tire au pistolet sur les grands miroirs ovales Art Nouveau. Et d’enchaîner bientôt : « Maintenant que la glace est rompue, causons ! » Ces deux exemples, aux antipodes l’un de l’autre, ont du moins la vertu de suggérer que « converser » reviendrait à contourner avec ruse (notre gêne, nos torts, notre néant) en babillant, ou bien au contraire à établir un lien entre les hommes, lien qui ne demanderait qu’à être entretenu, ou tissé. Rappelons à cet égard, au risque de la pédanterie, les fonctions phatique et métalinguistique dont parlait le linguiste Roman Jakobson. Du reste, « faire la conversation », protocole insupportable quand mon interlocuteur n’a rien à dire, peut devenir, à bien y regarder, un véritable instant de grâce ou du moins de délicatesse, d’attention à l’autre. Dans ce cas-là, je ne « fais » plus la (conversation), mais j’ai une (conversation) : se construit une pensée qui nous relie, à travers une expérience commune, si bien que la musique de chambre, si intime, est bâtie, pour sa structure, sur le modèle de la conversation (dialogue des instruments dans un duo, un trio, un quatuor, etc.) Grâce et donc présent (aux deux sens du terme, car instant privilégié), comme l’ont bien senti les Romantiques, puis les Surréalistes, les uns en niant le hasard, les autres au contraire en exaltant le hasard objectif, invasion du quotidien par le merveilleux…
   Mais, la véritable difficulté, dans cet « art de la conversation », n’est-elle pas la précision ? Il s’agit de n’être jamais ni en retard, ni en avance, de pratiquer cette école du kairos, pour parler comme les Grecs, c’est-à-dire d’être dans l’actualité de cette conversation. Elle serait une âme à plusieurs voix, a-t-on pu dire, grâce à un partage réglé. Certaines conversations paraissent actives et riches, vues de l’extérieur, alors qu’elles sont limitées à des préoccupations utilitaires, ou faussement charmantes, comme par exemple le règlement intérieur du lieu de travail et des matches de football de la veille (!) Échappera-t-on alors à la nécessité d’un jugement de valeur (sur le contenu) et d’une hiérarchie ? La conversation serait donc un art léger et fragile, à l’ère de la communication : au grognement du pithécanthrope, aurait succédé le slogan, ou le texto. Entre les deux, chronologiquement, la conversation, timidement, et comme en s’excusant, prendrait sa place, et encore à condition de se loger discrètement à côté du débat technique (aux thèmes programmés) et du signal pur, sec et fonctionnel. Aucun objectif assigné à la conversation, une possibilité de parler de la pluie et du beau temps, certes, mais un peu plus, si possible. C’est du dialogue, dit-on, qu’est née la philosophie. On vient d’avoir une conversation ? C’est que l’on vient de réitérer l’acte par lequel naît et renaît l’esprit…

E.F.

Commentaire

Retour à la liste des textes
 

Retour à l'accueil  -  Textes et articles  -  Le don  -  Sentences, aphorismes et brèves remarques  -  Lectures  -  Cours et conférences  -  Visages de la pensée  -  Liens et contacts