Retour à l'accueil  -  Textes et articles  -  Le don  -  Sentences, aphorismes et brèves remarques  -  Lectures  -  Cours et conférences  -  Visages de la pensée  -  Liens et contacts

Retour à la liste des textes
 

L'indifférence

 

   "On s'en f...", "après moi le déluge", etc., semblent être des expressions communément employées par certaines catégories d'êtres... Libre à chacun de s'y reconnaître!
   Indifférent est celui qui ne fait pas de différence entre ceci et cela, qui laisse tout dans l'indistinction, qui, donc, ne compose pas, n'analyse pas, prend tout en bloc et le rejette... sauf... lui-même!
   Plus radicalement, on peut aussi se nier soi-même, jusqu'au refus de se nourrir, jusqu'à se supprimer ou supporter tous sévices tels ceux que l'on nommait "musulmans" dans les camps de la mort.
   Ne pas faire de différence entre les êtres est l'apanage aussi de celui qui refuse toute implication émotionnelle, qui se détachant "généreusement" peut aimer chacun pour ce qu'il est d'un amour inconditionnel : tel est le sage.
   Il y aurait donc deux manières de l'indifférence, radicalement contraires ; entre ses formes de "l'abandon" et du "détachement", n'y a-t-il pas toutes les figures de l'échange dans l'interdépendance ?
   Etre indifférent au sort de l'autre par intérêt semble être en dernière analyse la "faiblesse d'esprit" de celui qui ne voit pas en toile de fond la nécessaire implication réciproque entre tout ce qui est à l'existence : cette posture relèverait de "l'idiotie".
   Etre indifférent par ignorance et manque de sensibilité, avoir un "coeur indifférent" peut être qualifié de "maladie du coeur" ; tel est le cas de tous ceux qui laissent faire sans s'impliquer toutes formes de violences structurelles : l'exclusion, la non assistance, etc.
   Toute position impliquant l'exercice d'un pouvoir quelconque ne devrait-elle pas exister dans le but de procurer du bonheur aux êtres humains dans le monde commun ?
   Entre la totale maîtrise de l'émotionnel et du mental (le sage) et l'ignorance crasse, n'y a-t-il pas de rapport possible ?
   Rechercher ce qu'il y a de commun entre des êtres aussi apparemment éloignés les uns des autres réduirait les différences et permettrait de régler les différends!
Peut-on être indifférent à l'indifférence ?

C.D.

Commentaire

Retour à la liste des textes
 

Retour à l'accueil  -  Textes et articles  -  Le don  -  Sentences, aphorismes et brèves remarques  -  Lectures  -  Cours et conférences  -  Visages de la pensée  -  Liens et contacts